Les infos essentielles sur la perle de Culture de Tahiti

La forme des perles

Perles de Tahiti rondes semi-rondes

Ronde / semi-ronde


Je regroupe ces deux catégories car ces deux formes sont très proches et la différence est infime (sauf dans le cas de perle ronde de classe A ou B, c’est-à-dire de très grande valeur).

Perles de Tahiti Drop

Drop


Aussi appelée semi-baroque, cette catégorie comprend les perles en forme de goutte, poire, bouton, ovale..

Perles de Tahiti cerclées

Cerclée


Caractérisée par des bandes régulières, des anneaux ou des cannelures qui sont perpendiculaires à un axe de rotation. J’ajouterais dans cette catégorie, les perles baroques qui sont équivalentes en termes de valeur.

Chaque création demande un parfait ajustement entre la perle et son support. Ainsi, pour nos bagues nous utilisons exclusivement des perles rondes alors que pour nos jolis bracelets nous utilisons essentiellement les perles cerclées. Voici un classement plus général des formes. J'ai choisi, pour ma boutique, de le simplifier.

La classe des perles

Perle classe A

Classe A


Perle présentant au plus une imperfection ou un groupe d’imperfections légères concentrées sur au plus 10% de sa surface. Très beau lustre.

Perle classe B

Classe B


Perle présentant quelques imperfections légères, concentrées sur au plus 30 % de sa surface. Lustre beau ou moyen.

Perle classe C

Classe C


Perle présentant des imperfections légères, concentrées sur au plus 60 % de sa surface. Lustre moyen.

Perle classe D

Classe D


Perle présentant soit des imperfections légères sur plus de 60% de la surface (sans imperfections profondes), soit des imperfections légères et profondes concentrées sur au plus 60% de sa surface.

La couleur des perles

Cette notion est subjective, je distinguerais les perles grises, vertes, blanches, dorées, bleues et aubergines. Elles peuvent être plus ou moins claires et avoir ou non des reflets. Par exemple, dans la catégorie colliers, vous trouverez des colliers identiques mais à chaque fois avec une perle de culture de Tahiti de couleur différente.

Perle couleur grise

Argenté

Perle couleur verte

Vert

Perle couleur bleue

Bleu

Perle couleur aubergine

Aubergine

Comment bien entretenir sa perle de Tahiti ?

La perle de culture de Tahiti est vivante, il faut lui prodiguer quelques soins pour lui conserver son éclat. Elle est sensible aux produits chimiques et a besoin d’être hydratée donc le plus simple est de la porter au quotidien et ne pas la laisser trop longtemps au fond d’un placard. Le nettoyage se fait à l’aide d’un chiffon doux, on peut aussi la frotter avec de l’huile d’olive ou autre. Evitez de la nettoyer avec des produits conçus pour l'or ou l'argent. Si vous la rangez pour une longue durée, pensez à l’hydrater en la mettant à coté d’un petit récipient d’eau. Si vous voulez quelques idées pour choisir une perle de culture de Tahiti, lisez les conseils que nous vous donnons sur notre blog.

Pour en savoir plus sur la perle de culture de Tahiti :

Perle noire ? Perle de culture de Tahiti ?

La « perle de Culture de Tahiti », aussi connue sous le nom de perle noire est originaire des lagons de Polynésie Française. Les premiers essais de culture de perles débutèrent en 1961 dans le lagon de Bora Bora, lorsque la technique de greffe, importée du Japon, fut appliquée à l’espèce Pinctada Maragaritifera. Ce processus d’élevage de l’huitre perlière est long et nécessite beaucoup de soins et d’attention car c’est une espèce délicate. La reconnaissance officielle de l’authenticité de la couleur naturelle de la « perle de Culture de Tahiti » en 1976 par le Gemological Institute of America et l’adoption de l’appellation commerciale « perle de culture de Tahiti » par la confédération Internationale de la Bijouterie ont permis à ce joyau d’asseoir véritablement sa réputation internationale. La « perle de Culture de Tahiti » se distingue par une grande diversité de formes, tailles, qualités de surface et d’une palette infinie de nuances de couleurs naturelles, allant des couleurs pastel au noir anthracite. Voir également l’article de notre blog sur la perle de culture de Tahiti et son histoire.

Lieu de la perliculture

C’est dans des atolls que les perles de culture sont élevées. Les atolls sont des couronnes de corail dans les océans formées sur des volcans éteints. Sur les 400 atolls répertoriés dans le monde, 136 se trouvent en Polynésie et 84 en Polynésie française. Ce miracle écologique ce produit grâce à des substances nutritives qui se trouvent dans les eaux froides profondes et riches en sels minéraux, la couronne corallienne permet, par photosynthèse, l’épanouissement des huitres perlières dans des eaux chaudes.

Les fermes perlières

Ferme perlière
Telle un iceberg, la ferme perlière est relativement petite en surface mais très étendue sous l’eau. Elles sont installées dans des atolls pour favoriser la circulation des eaux et optimiser la croissance des huîtres. L’activité de ces fermes est de détacher des jeunes huitres de leur support naturel pour les disposer dans des paniers afin attendre qu’elles atteignent la bonne taille pour être greffées.

Quelle est la différence entre les perles fines et les perles de culture ?

Les perles de culture sont obtenues grâce à l’intervention humaine. Le greffeur introduit un corps étranger, le nucléus et un morceau du manteau d’une huitre sacrifiée dans la chair de l’huitre. Par réaction l’huitre va secréter des cellules qui formeront autour du greffon un sac perlier qui, une fois refermé, secrétera de la matière perlière. Le nucléus, de forme ronde, est fabriqué à partir d’une coquille d’une moule cultivée dans le Tennessee et le Mississippi. Les perles fines sont dues au hasard d’une introduction accidentelle dans l’huitre d’un grain de sable, d’une larve de ver ou d’une poussière de corail. Les deux types de perles sont donc obtenus par la réaction naturelle de l’huitre à cette intrusion.

L’histoire de la technique de la greffe d'une perle de culture de Tahiti

C’est entre les deux guerres mondiales (1918/1939) que Mr Hervé un homme installé sur un atoll de Polynésie étudie l’anatomie et la reproduction des huitres perlières. Il constate la diminution très inquiétante de perles fines. Il décide de tenter de provoquer artificiellement la naissance de ces perles. Par manque de connaissances, notamment des travaux japonais sur ce sujet, il échoue dans cette entreprise aux alentours de 1925. Il faudra attendre 1962 pour que Mr jean Domard, chef du service de la pêche, ait l’idée de reprendre ces travaux sur les greffes en utilisant les compétences de techniciens japonais qui avaient déjà une expérience dans ce domaine. 3 ans plus tard la première récolte de perles fut un succès et surtout le départ de la perliculture en Polynésie. Même si la technique est dorénavant maitrisée, il faut savoir que la greffe est une opération délicate. Sur 100 huitres greffées, 10 meurent immédiatement, 10 autres mourront dans les deux ans nécessaires à la formation de la perle et enfin, 30 rejetterons le nucléus. Sur les cinquante huitres restantes, 20 seront des perles invendables et 30 seront des perles vendables. Mais sur ces 30 perles seulement une ou deux seront parfaitement rondes et sans aucun défaut… Nous pouvons donc dire que seulement 30% des perles greffées pourront aller sur les bijoux. Voir le graphique ci-dessous :

Taux de réussite des greffes des perles

Les Keishis

Lorsque le greffeur intervient sur une huitre Pinctada Margaritifera, il introduit deux éléments naturels :

Un greffon et un nucleus. Ce dernier est une boule ronde de nacre venant d'un mollusque vivant dans le Mississipi ou d'une nacre de Tahiti Si l'huître garde les deux éléments alors on obtiendra une perle de culture.

Cependant, si l'huître rejette le nucleus et garde le greffon, celui-ci va fabriquer des couches de nacres successives. C’est ainsi que va naître ce qu'on appelle un keishi de Tahiti. La forme de ce keishi est très souvent biscornue car le greffon n'a plus de support rond sur lequel fabriquer de la nacre. Les keishis, sont considérés comme des portes bonheur (Larmes du ciel ou larmes des Dieux). Ils sont appréciés pour la beauté de leur forme et de leur couleur.

Définition officielle du Keishi de Tahiti selon le gouvernement de Polynésie française :

Le keishi de Tahiti (ou perle de culture de Tahiti sans noyau) est une concrétion perlière sécrétée par un greffon (morceau d’épithélium du manteau d'une espèce d’huître perlière originaire de Polynésie française) au sein d’une huître perlière de l’espèce Pinctada margaritifera, élevée en Polynésie française.

Keishi

La nacre

Il s’agit de l’intérieur des coquilles de différents mollusques, notamment l’huitre perlière. Historiquement, la nacre fut l’un des premiers matériaux naturels utilisés dans beaucoup de pays, comme parure, ornement ou encore outil. Au XVIIIème siècle, lors de la découverte du Pacifique, les premières représentations des ornementations à base de nacre sont mises en lumière. Les Polynésiens utilisent la nacre pour exprimer leur prestige mais surtout leur rang social. Ils l’exploitent, également, pour fabriquer des leurres à poissons ou encore des outils tels que la pelle ou le grattoir. Au XIXème siècle, la nacre sera la principale matière pour l’industrie européenne du bouton. Les perles ne semble pas les intéresser, à cette époque, sans doute pas méconnaissance du processus de naissance et sa rareté. En effet il faut ouvrir plus de 15000 huitres pour avoir la chance de trouver une perle fine. C’est pourquoi ce joyau rare était réservé aux rois et reines, d’où son appellation à l’époque de perle des reines ou encore reines des perles !

Un peu de chimie

Composition chimique d'une perle de Tahiti

La composition des perles est la suivante :

- Aragonite (carbonate de calcium) : 91,72%

- Conchyoline (matières organiques) : 5,94%

- Eau : 2,23%

- Sels minéraux : 0,11%

Les légendes et significations

Légende arabe


Une veille légende arabe raconte que la formation des perles aurait lieu les nuits de pleine lune où une goutte de rosée tombée du ciel emporterait dans la mer un peu de lumière merveilleuse de l’astre qui compte le temps…. La perle, symbole de la nuit, rayonnerait et aurait le pouvoir d’une beauté éternelle !

Légende polynésienne


Une autre légende, celle-ci polynésienne, raconte la naissance des perles. L’arc-en-ciel serait une passerelle éphémère reliant les dieux à la terre. Le dieu de la paix et de la fertilité, Oro, aurait paré l’huitre perlière de toutes les nuances de cet arc-en-ciel pour les offrir aux femmes qu’il convoitait.

Significations

Dans de nombreuses civilisations la perle aurait des significations différentes. Ainsi chez les Hindous, elle représenterait le bonheur, chez les Arabes elle serait symbole de richesse. Pour les chinois elle symboliserait la guérison, chez les Egyptiens elle représenterait l’amour, la pureté pour les Grecs, l’amour et le plaisir pour les Romains et enfin pour les peuples Orientaux elle aurait des vertus thérapeutiques. On constate l’importance de ce joyau tout au long de l’histoire de l’humanité. Nous nous intéressons plus particulièrement à la perle de culture de Tahiti qui tire son nom de l’île principale de Polynésie française.